Se contenter de si peu

Publié le par Ikala

Mes parents aiment bien me raconter mon premier voyage en France (en andafy comme on dit chez nous). J’avais 3 ans à peine et je ne faisais bien entendu pas la différence entre les différents lieux. Il semblerait qu’après quelques jours, je réclamais du mofogasy (un beignet fait essentiellement de riz). Je ne sais pas comment ils ont fait par la suite pour me faire comprendre que nous étions à 12.000km de Madagascar, et que, à l’époque du moins, les mofogasy n’existaient qu’à Madagascar.

 

En tout cas, ce délice qu’est le mofogasy, mais aussi les ramanonaka et les menakely font partie de ma vie de malgache, et ils me manquent comme pas possible dès que je quitte le pays ne serait-ce que pour quelques jours. Ce sont pourtant de petits beignets faits seulement de riz, mais qui pour moi a une saveur particulière que je ne trouverai nulle part ailleurs. Ils sont partie intégrante de la vie des gens modestes qui partent de chez eux à 4h du matin pour aller aux champs ou à un travail plus ou moins harassant et leur tiennent lieu de petit déjeuner et parfois même de repas pour la journée entière. Accompagnés d’une petite tasse de café (tasse en aluminium légèrement cabossé), ils ont pour mission essentielle de faire tenir la route à celui qui les engloutit.



Mofogasy


Menakely


Ramanonaka

La seule pensée que ces petits beignets tiennent une place aussi importante dans la vie des malgaches me fend un peu le cœur. Ils ont l’avantage, mis à part leur goût, de ne pas coûter trop cher, ou même d’être bon marché, accessible par la bourse de tout un chacun. Cà me fend le cœur car, j’ai la chance de les manger en dégustation seulement, et non en guise de repas ! Combien de fois, je me suis arrêtée pour voir de petits écoliers prenant leur repas de mofogasy, sachant que ces mofogasy doivent les faire tenir jusqu’au soir. C’est cette pensée qui chaque fois me fait me contenter de si peu, juste de l’essentiel. Si mes compatriotes peuvent le faire, je peux le faire aussi.

 

Voilà ce que représentent pour moi ces petits beignets succulents et chargés d’histoire et de mission sociale ! Si vous passez par chez nous, n’oubliez surtout pas d’en déguster ! Et bon appétit !



PS : J'ai pris quelques photos, mais ne les trouvant pas assez jolies, j'ai emprunté celles de Tattum dans son blog L'Odyssée de Tattum, qui est un joli blog sur Madagascar.

Publié dans Gourmandises

Commenter cet article