Cercle vicieux

Publié le par Aina

Le problème à Madagascar, c’est que, en matière politique, tout tourne en rond, sans espoir d’un jour meilleur !

 

Rappelez-vous, il y a un an jour pour jour, Le Maire Andry Rajoelina a rassemblé une foule dans le parc d’Ambohijatovo afin de protester contre la censure systématique dont il (lui personnellement) fait l’objet de la part du Président Ravalomanana. Il a alors brandi le mot « démocratie » à qui mieux mieux, touchant ainsi sincèrement une partie de la population tananarivienne car on a bien vu qu’ « on » lui mettait effectivement les bâtons dans les roues. Je me retiens bien volontiers de soulever ici la confusion de genre en ce que c’est la radio privée dont le Maire est le propriétaire qui fait l’objet de cette censure, mais c’est en sa qualité de Maire qu’il rameute la foule (ceci prédisant cela !). Croyant bien faire, et dans l’idée d’avoir la sympathie des gens, il a baptisé le parc d’Ambohijatovo « La Place de la Démocratie ». Il s’est fait alors le porte-parole du « peuple malgache » (les gens dans les 5 autres provinces ne savent pas qui il est et n’ont jamais entendu parler de lui, mais il s’arroge porte-parole de tout ce monde quand même !), prônant la vraie démocratie, réclamant la suppression des censures contre les medias indépendants, etc.

 

Puis, l’opportunité et le semblant de foule aidant, il a cru bon de délaisser la Place de la Démocratie pour investir, lui aussi, la Place du 13 Mai (en plein centre ville) pour une meilleure « audience » ! Et Dieu sait qu’il a fait du bruit. Et là, sans trop savoir pourquoi le discours a changé. On a oublié la censure (d’autant que le régime en place a décidé la réouverture de sa radio privée), et on réclame désormais la démission du Président, le relax des détenus politiques, et tout un tralala sans queue ni tête qui viennent d’on ne sait où (c’est plus tard que l’on saura, en fait). Et le pouvoir en place a envoyé les militaires « casser » la manifestation de rue, arguant une manifestation interdite, sans autorisation, etc. Et Monsieur Andry Rajoelina crie au scandale, se victime à fond la caisse, pleurniche …

 

Près d’un an après, après des actions complètement illégales, unilatérales, et foulant au pied les dispositions constitutionnelles, supprimant au passage des milliers d’emplois, mettant à mal des secteurs économiques entiers, et mettant à genou l’économie de la Nation, le voilà en train de faire les mêmes errements, les mêmes dérives qu’il a pointé du doigt il y a tout juste un an ! Les arrestations arbitraires n’ont pas tardé à venir, les humiliations publiques par une faction de l’Armée que même Andry Rajoelina ne contrôle pas sont devenues monnaie courante, la répression des manifestations de rue d’où lui-même a pris illégalement le pouvoir est devenue son arme préférée contre ses opposants. Et ironie du sort, il envoie gros bras et soldats à sa solde pour casser les manifestations sur la Place qu’il a nommée celle de la Démocratie.

 

Moi je vous dis, il est vrai que le peuple malgache avait besoin de changement, mais comme çà ! Pas comme celui imposé de force par ce Monsieur Andry Rajoelina pour lequel les intérêts du vrai peuple, c'est-à-dire celui qui ne l’a même pas élu mais auquel il impose ses pouvoirs belliqueux. Aussi, il est trop important que les gens sachent ce qui se passe réellement ici. Car pendant que la Communauté Internationale tergiverse, parle géopolitique, etc, le pays est complètement pillé et mis à sac par une poignée de gens qui a eu le malheur de faire basculer en leur faveur une partie de l’Armée à coup de sommes sonnantes et très trébuchantes !

 

  

Commenter cet article